Skip to main content

Avec les souffleurs de verre de l’Université de Poitiers

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Dans le cadre de la Fête de la Science, l'institut de Chimie des Milieux et Matériaux de Poitiers - IC2MP (Université de Poitiers/CNRS) ouvrait ses portes pour présenter le métier de souffleur de verre en verrerie scientifique. Les visteurs ont été accueillis par Jean-Jacques Colin, qui a fait une démonstration de soufflage du quartz.

L'Institut de Chimie des Milieux et Matériaux de Poitiers - IC2MP (Université de Poitiers / CNRS ) est une unité mixte. Il est à la fois sous la tutelle du CNRS et de l'Université de Poitiers.

tubes bruts en verre
Différents éléments en verre.

Les différentes équipes

L'institut regroupe 5 équipes de recherches dispersées sur le campus : E-BICOM, travaille sur la chimie de l'eauHydrasa s'occupe de la géoscience, l'équipe de catalyse s'occupe de la chimie dite classique, l'équipe de catalyse en milieu non conventionnel utlise de nouvelles technologies pour faire de la chimie et la chimie organique s'intéresse à la pharmaceutique. Sont donc réunis des personnes qui relèvent de l'Université de Poitiers, du CNRS et une du CHU de Poitiers. Le laboratoire compte 250 personnes auxquels s'ajoutent des stagiaires, des doctorants, des personnes en CDD.

L'atelier des souffleurs de verre

"C'est un lieu où nous n'allons jamais avec le public", explique Élisabeth Nau, chargée de communication du laboratoire IC2MP. Ce jour-là, c'est Jean-Jacques Colin qui reçoit les visiteurs. Il leur explique le fonctionnement de l'atelier. À la différence du milieu industriel, ici, chaque pièce est unique. Avec ses collègues, il travaille aussi bien le verre borosilicaté ou encore le quartz. Ce dernier résiste à de très hautes températures. Lorsqu'il est chauffé, il devient incandescent. Autre particularité, le quartz ne fond pas, il sublime (s'évapore).

Travail du quartz.

Le métier de souffleur en verrerie scientifique est rare : on en dénombre peu dans la fonction publique, soit une centaine. Dans leur atelier, ils réalisent, à la demande des chercheurs, des prototypes allant de quelques millimètres à une quinzaine de centimètres. Le fait d'être sur place leur confère une réactivité quasi-instantanée. Leur implication dans la conception permet également de gagner en efficacité.

En plus de certaines démonstrations, les visiteurs ont pu découvrir les différents outils et équipements des souffleurs de verre en verrerie scientifique. À la fin de la visite, tous étaient enchantés d'avoir pu découvrir un métier assez rare.