Skip to main content

100 000 Entrepreneurs promeut les initiatives jeunes

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

100 000 Entrepreneurs est une association d'intérêt générale qui existe depuis maintenant une quinzaine d'années. Elle veille à mettre en relation des jeunes et des entrepreneurs pour qu'ils puissent échanger dans un souci de rapprocher l'école et l'entreprise.

"Si nous avions 100 000 entrepreneurs qui intervenaient deux fois dans l'année, nous pourrions toucher l'ensemble de la classe d'âge des 13 à 25 ans." (Phlippe Hayat, président de l'association 100 000 Entrepreneurs)

C'est en 2007 que Philippe Hayat crée l'association 100 000 Entrepreneurs. Cette année-là les jeunes manifestent dans les rues contre la réforme des retraites. Comment peuvent-ils déjà penser à la retraite si jeunes ? Il souhaite donc les rendre plus entrepreneurs de leurs vies. Étant lui-même entrepreneur, il donne des cours dans des grandes écoles et il intervient dans quelques établissements scolaires pour parler de son parcours. C'est ainsi qu'il a l'idée de structurer cette action. Il fait alors appel à ses anciens étudiants pour l'aider. L'un d'eux s'associe au projet pour créer l'association 100 000 Entrepreneurs.

Des jeunes et des entrepreneurs

"100 000 Entrepreneurs est une association d'intérêt général qui a pour but de sensibiliser les jeunes de 13 à 25 ans à l'esprit et à l'envie d'entreprendre au sens large ", explique Joséphine Boulinguez, directrice des opérations au niveau national. "Le but n'est pas que tous les jeunes deviennent des créateurs d'entreprise. Nous faisons en sorte qu'ils soient entrepreneurs de leurs vies professionnelles." Cela prend la forme de témoignages d'entrepreneurs, dans les classes principalement, puisque l'association possède une convention avec l'Éducation nationale. Les structures extra-scolaires comme les Missions locales, Pôle Emploi, les classes de la 2nde chance ou encore l'Epide peuvent bénéficier de l'action. Les jeunes peuvent poser leurs questions à l'entrepreneur et échanger sur son parcours, depuis la 4e jusqu'à aujourd'hui. Il s'agit de mettre en évidence son orientation, ses choix, ses changements, ses difficultés ou encore son réseau.

100000entrepreneurs
Mathieu Gagnot et Joséphine Boulinguez.

Un maillage territorial

L'association est organisée par régions, aussi bien en France métropole qu'en outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Nouvelle-Calédonie). Le pôle à Paris gère l'action sur tout le territoire, notamment le partenariat, la gestion des équipes ou encore la communication. Le pôle coordination permet d'avoir un visuel sur l'ensemble des demandes des enseignants. Ainsi, grâce à ses animateurs et à 3300 entrepreneurs, l'association a sensibilisé 85 000 jeunes en France au cours de l'année précédente. La structure est encore en développement.

Des interventions sur mesure

"L'action est très simple", précise Joséphine Boulinguez. "Elle est gratuite pour les établissements scolaires et pour l'extra-scolaire. Pendant deux heures, un entrepreneur vient dans une classe pour sensibiliser les jeunes." Les enseignants ont un compte sur la plateforme de l'association. Ils peuvent ainsi faire une demande en ligne pour qu'un entrepreneur vienne dans leur classe. Du côté de l'association, il existe une base de données qui recense les entrepreneurs volontaires, classés par secteurs géographiques. Si l'un d'entre-eux souhaite intervenir, il se positionne et la plateforme le met en relation avec l'enseignant. Une préparation a lieu au préalable. "Les interventions sont larges et se focalisent sur le parcours de l'entrepreneur. Nous nous attardons sur trois définitions. La première tourne autour de l'état d'esprit d'entreprendre. La deuxième tend à donner une vision du monde de l'entreprise et de ses codes. La troisième, enfin, tente de faire le lien entre l'école et le monde professionnel." En raison de la convention signée avec l'Éducation nationale, tous les entrepreneurs sont formés avant l'intervention, de manière à avoir les bonnes pratiques. Cepenant "chaque intervention est libre et différente selon l'entrepreneur qui intervient".

Mathieu Gagnot, référent pour la Nouvelle-Aquitaine

Mathieu Gagnot est l'animateur de l'association pour la région Nouvelle-Aquitaine. Il a rejoint l'association en février 2020. "Mon rôle est de faire en sorte qu'il y ait plus de demandes d'interventions de la part des enseignants. Les quartiers prioritaires de la ville et les zones rurales isolées sont davantage sollicités. Cela s'explique dans le fait que les jeunes ont moins d'ambition, moins de réseau dans ces zones-ci." Pour ce faire, l'animateur prospecte les établissements à la manière d'un commercial. "Comme lui, je dois faire de la veille, prospecter, prendre contact, rencontrer, fédérer et faire en sorte que les entrepreneurs s'inscrivent sur notre plateforme." Mathieu Gagnot précise qu'il s'agit d'une démarche gratuite et sans engagement.

Enzo Conan, un entrepreneur

Le vendredi 17 décembre 2021, Enzo Conan a pu être l'un des nombreux entrepreneurs recrutés par l'association. Si au départ il "appréhendait", il a "agréablement été surpris par ce moment de partage, de rencontre, de discussion". Pour rappel, il a créé le compte Instagram @e_consus_ pour aider les lycéens dans leurs études. À ce jour, il est suivi par près de 18 000 followers.

Tous les mardis matins les entrepreneurs reçoivent des propositions d'intervention sur leurs territoires dans leurs boîtes mails. Ils sont libres d'accepter ou pas. En cas d'acceptation, l'entrepreneur est mis en relations avec l'enseignant. Ensemble, ils se mettent en accord sur le cadre de l'intervention à venir. "L'enseignant va diriger l'entrepreneur sur certains aspects de certains cours. Par exemple, pour les étudiants en BTS SAM, il va demander un focus plus important sur la dimension ressources humaines". L'animateur régional peut être présent à titre exceptionnel. Il participe surtout à des évènements plus ciblés, comme Le mois de l'entrepreneuriat dans les quartiers en novembre ou encore L'entrepreneuriat porté par les femmes en mars car l'idée est de fédérer davantage d'entrepreneurs.

L'association 100 000 Entrepreneurs espèrent toucher de plus en plus de jeunes. L'idée est que chaque jeune, chaque année, puisse rencontrer un entrepreneur pour le faire réfléchir à comment il veut être entrepreneur de sa vie.