Verdun en juin

2018 célébrait le centenaire de la fin de la Grande Guerre. Pour l’occasion, Le Petit Reporteur a fait un saut à Verdun en juin dernier.

Le Fort de Vaux

Nous avons d’abord fait halte au Fort de Vaux, un endroit emblématique de la bataille de Verdun. Il est en effet un des objectifs prioritaires de l’offensive allemande. Au début du mois de mars 1916, les Allemands décident d’assiéger le fort. Il durera cents jours. Ainsi au 1er juin, les Allemands atteignent le fort et engagent la bataille. Les soldats retranchés tiennent bon malgré le manque de vivres et de soutien extérieur. Ils seront malheureusement vaincus.

fort_vaux
Le fort de Vaux

Visiter les lieux permet de comprendre l’ampleur des combats. Nous avons  ainsi cheminé à travers la forêt alentours où étaient différentes tombes de soldats héroïques tombés au combat.

Fleury-Devant-Douaumont, village détruit

Comme les Allemands en 1916, après le Fort de Vaux, nous avons fait route vers le village de Fleury-Devant-Douaumont. C’est l’un des villages ravagés par les combats. Pendant deux mois la bataille fait rage. Elle laissera le village en ruine. Aujourd’hui, nous pouvons visiter les ruines de ce qu’était le village. Ici était une ferme, là la mairie, ou encore ici un boulanger.

L’Ossuaire de Douaumont

Après Fleury-Devant-Douaumont, nous nous sommes rendus à l’Ossuaire de Douaumont. Ce monument a été érigé à la mémoire de la bataille de Verdun de 1916. Entièrement financé par des dons, il a été conçu au lendemain de l’armistice de 1918. C’est Mgr Charles Ginisty, évêque de Verdun, qui en est l’initiateur. Le monument a été inauguré le 7 août 1932 par le président de la République. Les restes d’à peu près 130 000 soldats inconnus, Français comme Allemands, reposent sous le monument. Le 22 septembre 1984, François Mitterrand et Helmut Kohl y ont fait leur poignée de main qui est restée dans les annales et qui est devenue un symbole de l’amitié franco-allemande. C’est le 2 mai 1996 que le monument devient monument historique.

Face à l’ossuaire, se tient la nécropole nationale de Douaumont qui rassemble 16 142 tombes de soldats français.

ossuaire
L’Ossuaire

Se rendre à Verdun, c’est se rendre sur un des hauts lieux de la commémoration de la Grande Guerre. Tout est trace du chaos et de la violence des combats qui ont fait rage pendant ces années.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.