Red Sparrow : Sexe, trash et trahison

Dominika Egorova, jeune danseuse étoile, est contrainte d’arrêter son métier lors d’une représentation. Pour assurer les soins de sa mère malade, son oncle, au service des renseignements, lui propose une mission. À partir de là, tout s’enchaîne. Entre sexe, trash et trahison, Red Sparrow raconte l’histoire d’une femme prête à tout pour sauver sa peau.

Les prémices

Dominika Egorova est une jeune ballerine du Bolchoï. Un soir, alors qu’elle donne une représentation, son partenaire la blesse dans sa chute. Le tibia brisé, elle ne pourra plus danser. Cependant sa mère est malade. Afin de lui assurer des soins permanent, son oncle Ivan propose un marché. 

Dominika apprend sa nouvelle mission

Il travaille au SVR, le service de renseignement extérieur. Il demande à Dominika de séduire Dimitri Ustinov, un politicien. Alors que ce dernier la viole, Simionov, un agent d’Ivan, le tue. Seule témoin de la scène, Dominika n’a pas le choix : mourir ou travailler pour les services de renseignements russes.

La mission

Après le fiasco de sa première mission, Dominika doit s’inscrire à l’école des « moineaux » où elle apprend à utiliser la séduction pour obtenir des informations compromettante auprès de ses ennemis. Elle doit se rendre ensuite à Budapest pour démasquer « Marble », un traître parmi les rangs russes. 

Elle fait la connaissance de Nathaniel Nash, un agent de la CIA, affecté lui aussi quelques jours plus tôt à Budapest. Celui-ci a rencontré quelques jours plus tôt ledit « Marble » dans le parc de Gorki en Russie. Alors que la police arrive, Nash a réussi à faire diversion afin que Marble puisse s’enfuir.

L’alliance

À Budapest, Dominika vit avec un autre « moineau », Marta. Cette dernière doit recueillir des informations auprès de Stéphanie Boucher, chef de cabinet d’un sénateur américain. Mais Simionov fait son apparition. Il torture et tue Marta en signe d’avertissement : Dominika ne doit pas trahir les services secrets russes. C’est alors qu’elle propose à Nash de travailler pour lui en tant qu’agent double. 

Affiche du film

Lors de son entrevue avec Stéphanie Boucher, Dominika échange des informations contre des disquettes.  Après leur entrevue, Stéphanie Boucher panique et s’aventure sur la chaussée. Un camion la percute et les services secrets russes soupçonnent alors Dominika de trahison. Sommée de rentrer à Moscou, elle est torturée par son propre peuple. C’est l’argument pour convaincre les Américains. De retour à Budapest, elle informe Nash de partir avec sa mère en Amérique.

La trahison

Après avoir révélé son souhait à Nash, elle passe la nuit avec lui. À son réveil, Simionov est en train de le torturer afin de découvrir qui est « Marble ». Si Dominika assiste Simionov, elle finit par se retourner contre lui et le tue. Gravement blessée à la suite de leur altercation, elle se retrouve à l’hôpital. Là le général Vladimir Korchnoi se trouve à son chevet. Il lui révèle qu’il est « Marble ». Patriote, il a vu la Russie ravagée peu à peu par la corruption. Craignant d’être démasqué, il demande à Dominika de révéler son identité à Ivan. Korchnoi tombé, elle pourrait ainsi prendre sa suite et continuer de travailler en tant qu’agent double. 

Jennifer Lawrence et Matthias Schoenaerts

Mais par vengeance Dominika fait endosser le rôle de la taupe à son oncle Ivan. Les Russes et les Américains programment alors un échange. Nash est chargé de confirmer l’identité de « Marble ». En découvrant le visage d’Ivan, il confirme que ce dernier est la taupe. La partie russe décide d’éliminer Ivan lors de l’échange avec les Américains. Dominika se précipite du côté russe et s’envole à bord de l’hélicoptère affrété pour la rapatrier. Félicitée par ses supérieures russes, elle décide de rester avec sa mère en Russie. Là, elle pourra continuer son entente secrète avec les services secrets américains.

La critique du Petit Reporteur

Red Sparrow est un film d’espionnage mettant en scène Russes et Américains. Sur fond de nouvelle guerre froide, Dominika Egorova (Jennifer Lawrence) fait office d’héroïne froide et prête à supporter les pires tortures pour sauver sa peau, survivre. L’histoire est par endroits cousue de fil blanc. Les Russes sont mauvais, les Américains sont bons. Mais il n’aurait pas été possible que l’héroïne ne succombe pas au charme de l’espion américain. Dommage. Dominika aurait pu porter haut les couleurs du féminisme. La surprise reste malgré tout au rendez-vous à la fin du film. 

Pour plus d’informations, c’est ici.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.