Skip to main content

Nikosono expose à Plage 76 à Poitiers

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Nikosono est un photographe et designer de 49 ans originaire de Poitiers. Durant une quinzaine d'années, il a exercé son art en Australie. Voilà maintenant trois ans qu'il est installé à Poitiers. Le Petit Reporteur l'a rencontré à Plage 76. Il s'agit d'une boutique d'art rattachée au Consortium cooperative de la Filature de Ligugé. Celle-ci comprend une soixantaine de créateurs artisans.

Depuis 25 ans Nikosono fait de la photographie professionnelle. Il a fait ses débuts au club photo de Saint-Benoît, au Sud de Poitiers, où il a créé un festival photo en 1993.

Nikosono assure quelques permanences à la galerie d'art. Cela lui permet de rencontrer son public et de parler de ses œuvres.

Des expériences naissent d'autres expériences

C'est en Australie que Nikosono a réalisé sa série Australian Biotope, en parallèle de commandes professionnelles. C'est une série de photographies aériennes, qui mêle aspect figuratif et art abstrait, où se cache une double lecture. Son expérience dans la photographie de mode, lui a inspiré la série Zebra Nude Experience. Il s'agissait ici de mêler le sculptural à l'abstrait. Il ne s'agit pas de représenter de la nudité gratuite mais de travailler avec ses modèles sur la réappropriation de son corps. Leur point commun était qu’elles/ils avaient tous subi des violences sexuelles et/ou conjugales. Les rayures ne symbolisaient pas la prison pour eux mais la libération de leur corps.

Plage 76

Il y a dix ans, à l'initiative de Christine Graval, est né le Consortium cooperative sur le site d'une ancienne friche industrielle à Ligugé. Il regroupe différents professionnels. Depuis trois ans maintenant, ils ont ouvert à Poitiers une boutique et galerie d'art qui met en lumière le savoir-faire et les créations des artisans. C'est une vitrine de créateurs, où une petite dizaine d'artisans exposent actuellement. Ainsi, gravures sur verre, illustrations ou encore photographies se côtoient dans ce lieu dédié à la création artistique. Le nom "Plage 76" est provient de l'adresse de la filature à Ligugé, qui est "Avenue de la Plage", et de "76", qui correspond au numéro de la boutique, rue de la Cathédrale à Poitiers.

"Imprévues", un autre projet

Nikosono ne manque pas de projets. Son projet "Imprévues" est né d'"une captation des piétons, des vehicules légers (scooter, vélos, trottonettes et quelques voitures de temps en temps) qui passent devant la porte de Plage 76, précise-t-il. Le projet a débuté au mois d'avril 2021. Pour l'instant il a publié sa série sur son compte Instagram et Facebook. Pour cette œuvre, l'artiste souhaitait revenir à quelque chose d'organique, tout en ayant la contrainte du cadre de la porte de la galerie, en accord avec sa première passion, la photographie de rue. Il se positionne alors de temps en temps en attendant que le sujet vienne se mettre dans le cadre de la porte. Il est seulement guidé par le son. "Il n'y a que l'appareil, le photographe et les personnes qui passent", déclare-t-il. Pour ceux qui s'interrogeraient sur le droit à l'image, il rappelle que photographier dans un lieu public, en l'occurrence la rue, n'est pas interdit. Par ailleurs, la pandémie a aussi facilité les choses, puisque les gens portent le masque. Quant à ses publications sur les réseaux sociaux pour l'instant, elles lui permettent de partager sa vision. Nikosono n'interdit pas le repostage de ses photos mais il demande à ce qu'elles soient correctement créditées.

Il est possible de suivre Nikosono sur FacebookInstagram ou encore Pinterest.

Retrouvez l'interview de Nikosono par Le Petit Reporteur :