Les plaidoyers des lycéens, la finale

Les plaidoyers des lycéens, la finale

Le samedi 25 mai 2019 avait lieu à partir de 14h30 la finale départementale des plaidoyers des lycéens. C’est la seconde année que la Ligue des Droits de l’Homme l’organise à Saint-Lô. Le concours réunissait dix candidates et candidats plus talentueux les uns que les autres.

La Ligue des Droits de l’Homme en quelques mots

La fédération départementale de la Ligue des Droits de l’Homme se compose de cinq sections : Avranches, Cherbourg, Coutances, Granville et Saint-Lô. Elle se crée en 1898, au moment de l’Affaire Dreyfus. Dans la Manche les plus anciennes apparaissent dans les années d’après-guerre au milieu du XXe siècle. Une centaine de militantes et de militants se regroupent sous la bannière de l’association, indépendante de tout parti politique.

Mais elle est une association en politique car elle s’intéresse aux grands sujets de société qui sont concernés par les articles de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948. La Ligue ne travaille pas seule. Elle a de nombreux partenaires associatifs.

Les actions de Ligue

Comme types d’action la Ligue des Droits de l’Homme propose les plaidoiries ou encore les écrits pour l’humanité, un concours national. Les sections de la Ligue s’engagent pour la défense des droits. Ainsi une intervention a récemment eu lieu auprès du préfet de la Manche (50) à propos des gens du voyage. Elle s’occupe également des droits des étrangers et notamment des droits d’asile. Les fusillés pour l’exemple sont pour leur part un grand combat depuis la Grande Guerre. Ainsi la Ligue s’est battue pour la réhabilitation des poilus. Mais cinq à ce jour n’ont toujours pas été réhabilités. Elle défend également la laïcité, un sujet toujours d’actualité. L’association lutte aussi contre le racisme et la xénophobie. En mars, elle participe au « Forum du droit des femmes ».

Les candidats et leurs sujets

Sélectionnés auparavant lors d’un concours local, dix candidates et candidats ont débattu sur un sujet en lien avec un ou plusieurs articles de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1789.

Ainsi il y avait Ophélie Leprêtre pour « Girl Power », Annabelle Marie pour « Derrière les barreaux », Jeanne Roux pour « Sans domicile fixe », Flora Gouache pour « La GPA, un droit naturel », Marie Comémale, Olivier Peyre pour « Mon cœur est un champ de bataille », Lisa Désobeaux et Léa Gyurjan pour « Le harcèlement de rue », Zoé Mimant pour « Cent commentaires », Jeanne Besnard pour « L’excision » et Manon Paul pour « Un chromosome en plus, un sourire en plus ».

Le concours

Le concours s’est déroulé à l’amphithéâtre du lycée Curie Corot à Saint-Lô. C’était la seconde édition pour la Ligue des Droits de l’Homme. Tour à tour, c’est avec conviction, parfois avec le sentiment d’être touchés de près ou de loin par leur sujet, que les dix finalistes ont plaidé pour les droits des femmes, des homosexuels ou des personnes en situation de handicap.

Tous les finalistes ont brillamment concouru. Le jury a eu du mal à les départager. Mais l’ensemble du jury restait unanime sur un sujet : l’avenir est assuré par les jeunes générations.

Le premier prix

C’est Zoé Mimant, étudiante au lycée Littré d’Avranches, qui a remporté la finale départementale avec sa plaidoirie « Cent commentaires ». Elle « trouvait que le sujet pouvait toucher tout le monde et en classe de Seconde il y avait eu des problèmes de cyber harcèlement au sein de sa classe ». C’est la raison pour laquelle elle avait choisi ce sujet. Pour étayer son argumentation elle avait recherché des témoignages sur internet et s’était penchée sur le vécu de certains amis. Pour elle, préparer son argumentaire n’avait pas été très compliqué.

Depuis qu’elle a six ans, elle fait du théâtre à Ducey avec Élise Lemonnier, ce qui expliquait son aisance lors de sa plaidoirie, bien qu’elle a avoué au micro du Petit Reporteur être très timide.

La deuxième édition de la finale départementale organisée par la Ligue des Droits de l’Homme a été un succès. Les dix candidates et candidats étaient au coude à coude. Le jury a eu beaucoup de mal à les départager. C’est Zoé Mimant qui a été décernée première au concours. Elle a remporte le prix créé par la section « Taille de pierre » du lycée Thomas Pesquet de Coutances. 

Cet article a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu