Une association pour aider les chats sauvages

Une association pour aider les chats sauvages

Le Petit Reporteur - Découverte - 05 décembre 2020 à 15h20 - Partager sur : Facebook LinkedIn Twitter

Depuis quelques temps beaucoup de particuliers se plaignent de la présence de chats et chattes errants dans leurs jardins, et même en ville. L'École du chat libre du Bocage bressuirais est une association de loi 1901 qui n'attend que l'aval des communes pour mettre en œuvre la campagne de stérilisation sur Bressuire (Deux-Sèvres) et dans les communes environnantes.

Illustration : L'École du chat libre du bocage bressuirais

La prolifération de félins

Toutes les communes sont confrontées au problème de chats errants de façon permanente. Ces chats sauvages ne sont pas stérilisés et font des petits... Non vaccinés, tous ces félins peuvent être plus facilement atteints par des maladies comme le FIV (sida pour le chat), le FELV, le typhus ou le coryza, qui les font mourir dans d'atroces souffrances. Malades, ils peuvent contaminer ceux que les propriétaires ont fait vacciner.

Des chats, des maires

Beaucoup de maires ne sont pas sensibilisés au problème. L'article L.211-27 du code rural leur permet d'intervenir dans la régulation des chats "errants". Ils peuvent maîtriser l'état sanitaire de ces populations félines et leur démographie. Par une campagne de stérilisation, qui doit faire l'objet d'un arrêté municipal et être menée en coordination avec une association et les vétérinaires locaux, il s'agit de trapper, d'identifier et de stériliser les chats pour ensuite les remettre en liberté. Cela permet ainsi de stabiliser la démographie, tout en évitant l'envahissement du territoire par de nouveaux chats non stérilisés.

Crédit Photo : L'École du chat libre du bocage bressuirais

Ce que dit la loi

Depuis le 1er janvier 2015, "les chats "errants" doivent être stérilisés et identifiés puis relâchés sur les lieux où ils ont été capturés. Un maire doit justifier son recours à la fourrière et son refus de mettre en œuvre un programme de stérilisation. Il n'est plus en droit de refuser la main tendue des bénévoles et associations qui proposent des actions de terrain et financements et il ne peut plus refuser d'y participer."

Du bien fondé d'une telle action

Réguler la population des chats "errants", c'est veiller au maintient de l'écosystème dans la mesure où même strérilisés, les chats continuent à protéger leur territoire. Ils repoussent ainsi les nouveaux arrivants et assurent une régulation des rongeurs (rats, souris...). Les chats errants ne délimitent plus son territoire par des urines malodorantes, ne se bagarrent plus, ne contractent plus de maladies infectieuses et ne miaulent plus. La stérilisation limite le risque de portées de chats abandonnées ou errantes.

Depuis sa création l'École du chat libre du Bocage bressuirais ne cesse d'être sollicitée. Malgré la générosité de certains sympathisants, l'association recherche des financements mais aussi des familles d'accueil pour les chatons et les chats opérés en attente d'adoption.