Plaxtil recycle et transforme les masques chirurgicaux

Plaxtil recycle et transforme les masques chirurgicaux

Le Petit Reporteur - Découverte - 19 août 2021 à 16h45 - Partager sur : Facebook LinkedIn Twitter

La société Plaxtil à Châtellerault (Vienne) est spécialisée dans le recyclage des masques utilisés dans la lutte contre la pandémie de la Covid-19. Le Petit Reporteur a pu les rencontrer dans le cadre de Créativité et Territoires le mardi 27 juillet 2021.

"Le plastique est un produit recyclable du moment où on le met au bon endroit."

Les masques recyclés servent à produire des objets en plastique comme du matériel scolaire.

Que faire des masques ?

Les masques chirurgicaux empêchent la transmission du virus de la Covid-19 mais ils sont aussi devenus un nouveau fléau. Que faire des masques usagés que les gens jettent n'importe où ? "Chez Plaxtil, nous récupérons le plastique qui se trouve dans les masques et nous le recyclons en cintres, en cendriers de plage, en équerres, en rapporteurs, en règles, etc.", explique Jean-Marc Neveu, cofondateur avec Olivier Civil de l'entreprise Plaxtil. L'entreprise a été la première à recycler les masques jetables utilisés pendant la crise sanitaire. Elle les transforme en objets du quotidien.

Le procédé de fabrication

Les masques usagés arrivent chez Plaxtil, où ils sont débarrassés de leur barrette puis décontaminés. Ils sont ensuite broyés et réduits à l'état de granules. Celles-ci sont chauffées et transformées en une sorte de pâte à modeler, qui est injectée dans un moule, à l'aide d'un piston. En se refroidissant le moule fige la pièce, qui ressort de la machine. "Nous fabriquons différents objets. Le plastique, c'est notre matière première", explique l'opérateur présent sur place.

La résine produite à partir du plastique recyclé des masques est injectée dans des moules de différentes tailles.

Après décontamination les masques sont broyés.

Essaimons, une entreprise d'insertion

Essaimons est une entreprise d'insertion. Elle s'adresse à des personnes éloignées de l'emploi. La structure leur fournit un support d'activité pour qu'elles se réapproprient les bases du travail : venir à l'heure, travailler en équipe, etc.", explique Émeline Clerc, accompagnatrice sociale. "Nous accompagnons également les personnes sur leur projet socio-professionnnel." Essaimons assure ainsi l'insertion, l'accompagnement à l'emploi et à la formation. Actuellement, la structure emploie sept personnes.

Chez Plaxtil, "l'idée est de répondre à une problématique écologique et économique. Nous créons un écosystème sur l'écoconception des objets. C'est dans ce contexte que nous avons créé Essaimons. Notre but est aussi d'introduire la culture dans le milieu industriel. C'est pourquoi nous avons créé une résidence permanente pour les artistes. L'entreprise n'est pas seulement une performance économique, c'est aussi une performance sociale, environnementale et sociétale", conclut Jean-Marc Neveu.

L'entreprise Plaxtil a organisé des rencontres avec d'autres entreprises du territoire dans une perspective de se faire connaître mais aussi de partager des projets communs. Elle a notamment organisé un concert de musique classique dans ses locaux. Le travail c'est aussi découvrir, prendre du plaisir et encourager la créativité.