Oriane Gassan - une auteure de théâtre qui monte

Oriane Gassan, une auteure qui monte​

Le Petit Reporteur - Portrait - 18 mai 2019 à 8h00

Oriane Gassan voit le jour à Concarneau le 4 juin 1988 dans le Finistère (29). La littérature, c'est son dada. Elle obtient en 2010 le troisième prix national du concours de nouvelles organisé par le CROUS sur le thème "Fantasmes". Dès lors, c'est la révélation.

Durant sa scolarité Oriane Gassan se passionne pour la littérature si bien qu'elle passe de lectrice à auteure assez facilement. Elle remporte alors divers concours littéraires. C'est en 2010 qu'elle concrétise son rêve d'être reconnue en tant que telle en remportant le troisième prix national du concours organisé par le CROUS. Le thème cette année-là était "Fantasmes". Puis elle explore le théâtre au lycée qu'elle approfondit durant ses études en classe préparatoire. Elle finalise ses recherches en littérature dramatique moderne et contemporaine à l'université de Caen en Normandie, où elle obtient son Master.

Oriane Gassan

Oriane Gassan

Pourquoi les koalas ne sont pas aussi mignons qu'on croit ?

Parents, si vous avez toujours rêvé de connaître la vie secrète de vos adolescents, ce livre est aussi fait pour vous. L'histoire raconte ainsi le quotidien d'adolescents (13 - 17 ans) peu banals. Ce sont les descendants de grands héros de contes de fées au cours de l'année de leur brevet.

Ainsi Blue, fils de Barbe-Bleue, Red, fille du Petit Chaperon Rouge, et Black, fille de Cendrillon, sont le reflets des jeunes de notre époque. Égocentriques, idéalistes, ingrats ou encore touchants, ils sont malgré tout complexes comme peuvent l'être les adolescents. Le livre a été écrit avant la rentrée scolaire d'Oriane Gassan au collège où elle enseigne. Souhaitant traiter de problématiques en lien avec les adolescents, elle parle d'estime de soi, d'apprentissage de la féminité ou de la virilité normée, des réseaux sociaux, d'amitié, d'amour. Elle aborde également des thématiques plus graves comme l'homophobie, le racisme, les troubles alimentaires, la drogue ou encore la maltraitance.

Elle soulève en arrière-plan la question de l'héritage, celui du modèle parental au passage. Pour le dépasser, ne faut-il pas l'accepter dans un premier temps ?